:: On the Road :: Last time you zapped me someplace, I didn’t poop for a week. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

That time I was half naked and a psychopath appeared in my room.

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
ft. : Felicity Jones
Messages : 43
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Age : 28
Localisation : Probably crying somewhere far far away
Voir le profil de l'utilisateur




Abigail Stainfield
Poor Little Hunter
Mar 9 Juin - 23:38
Les pouces de l'ange virent doucement essuyer les vestiges des larmes sur les joues chaudes d'Abigail alors qu'il souriait maladroitement, l'effet Castiel venait un fois de plus de frapper, tel la foudre sur l'épiderme d'Abi, alors qu'un sourire sincère s'étirait sur ses lèvres, l'anglaise l'écoutant doucement parler.

S'assoyant à son tour sur l'une des chaises, Abigail écoutait attentivement chaque mot prononcé par Castiel, comprenant à son tours l'étendu de la situation.  À son plus grand étonnement, l'ange ne semblait pas comprendre grand chose à l'espèce humaine - elle qui pourtant croyait qu'à force de surveillance, ils auraient tous compris comment fonctionnait l'humanité - se voyait surprise devant les réactions plutôt... maladroite de Cas.  Malgré tout, elle voyait étrangement au fond de l'ange une étincelle d'humanité qu'il ne détectait peut-être même pas, quelques chose qui lui donnait envie de l'arrêter, de lui prendre les mains et de lui demander qui il était vraiment, au fond de lui... mais enfin, ce n'était peut-être qu'elle devenant un peu trop philosophique.  Vu toutes les révélations de la soirée, personne ne pouvait vraiment la blâmer, mais elle se promis d'un jour, prendre le temps d'avoir ce genre de conversation avec l'ange.  En attendant, elle le regarda froncé des sourcils, lui mentionnant qu'il n'était pas très sage de faire confiance à tout le monde comme elle le faisait... ce qui prouvait étrangement qu'il n'avait finalement peut-être pas vraiment compris tout ce qu'elle s'était entêté à lui dire, mais poli, elle le laissa terminer, continuant de sourire doucement, serrant doucement son gobelet de café maintenant tiède.

"Castiel, I promise I'll never trust anyone like I trusted you, ever again.  But, to be excuse, it's the Castiel Effect, and the smell..." Elle rougit quelque seconde, faisant un sourire d'excuse "I am pretty sure no one else can have this effect on me, it's pretty distinctive. Hmm anyway, I will trust my instinct - but I'm not ure I have any to be honest...! But I promise to do my very best to stay alive!"

Elle lui fit un clin d’œil, ayant retrouver un humeur passablement potable.  Elle avait un ami.  L'ami probablement le plus socialy akward qu'elle ait eu l'occasion de rencontrer dans sa vie, mais un ami, sincère, c'était déjà beaucoup, et puis sur bien des aspects elle n'était pas bien mieux que l'ange.  Elle se doutait bien qu'il ne serait pas toujours là avec elle, qu'il avait d'autre chat à fouetter - surtout avec ce nouvel élément dans la liste des nouvelles choses qu'elle avait appris dans la soirée: une crise au paradis... rien de moins! C'était à se demander si Castiel ne portait pas le bonheur de tous sur ses épaules tendues, mais là encore, peut-être était-elle bien loin de comprendre l'étendu de la situation après tout... elle ne savait pas à quel point Castiel était populaire, peut-être était-il le préféré de dieu où quelque chose du genre... ses cours de religion étaient bien loin...

Bref, Castiel lui rappelant une fois de plus de manger - à croire qu'il n'avait que ça en tête... pour quelqu'un qui n'avait pas besoin de se nourrir c'était tout de même perturbant - elle déballa son burger, en prenant une gigantesque bouché avant de sentir son estomac se tortiller... oui bon.  Elle avouait secrètement qu'il avait raison, ce burger était délicieux et son estomac plus que ravie. Finissant de peine de et misère la plus grosse boucher de l'univers, Abigail peina à répondre - avec une pointe de surprise dans la voix:

"Latin?  Does anyone still speak latin and can say that they are fluent?" Trop concentré à manger, elle ne remarqua pas le petit manège de l'ange - et il en était mieux ainsi car la pire hunter que l'univers ait connu n'était pas spécialement à l'aise à la vue du sang des autres... "I... I have learned latin at school, years ago... I probably still remember things, why? Is that really important?  Is it a life or death kind of thing do I have to find my notes at hom...?" elle s'arrêta se rendant compte de la stupidité de sa phrase... ses notes étaient bien loin, dans le grenier de ses parents en Angleterre et certainement pas à porter de main...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Localisation : Somewhere between two flutters of wings
Voir le profil de l'utilisateur




Castiel
Lost Fallen Angel
Mer 10 Juin - 22:53
« Aside from scholars, men of religion, angels, demons and hunters, I suppose not. After all, it is considered a dead language, I’m sorry I assumed otherwise for some reason. »

L’Ange lève les yeux vers la jeune femme et esquisse un sourire en constatant qu’elle mange avec appétit. Si elle lui avait demandé pourquoi il insistait tant sur ce détail qui pouvait sembler banal, il lui aurait répondu que c’était une question d’habitude, avec ce qu’il avait eu la chance de voir reflété en les deux frères pour qui il était descendu sur Terre pour commencer. D’abord, ça ne valait presque pas la peine d’adresser la parole à Dean s’il n’avait pas au moins une dose de caféine dans le corps, surtout si sa nuit avait été de moins de quatre heures. Ensuite, le déjeuner était presque une religion pour les deux hommes et, en général, ils ne se satisfaisaient pas de demi-portions – il arrivait très souvent qu’ils ne mangent pas avant plus tard en soirée cette même journée et ils avaient appris à faire sans dîner. Puis finalement, autant l’Ange était à peu près incapable de comprendre le raisonnement mental des êtres humains, il savait essentiellement tout sur leur biologie et c’était une idée de base que de celle de nourrir le corps. Un corps qui a faim est un corps distrait.

Castiel hausse légèrement les épaules aux questions de la jeune femme alors qu’il se penche pour agripper entre ses doigts la reliure de la copie du livre de John. Il l’ouvre, feuillette les pages distraitement et se dit qu’il commencera son cours avec cela, ainsi que la description de l’arsenal de base qu’il lui a emmené.


« Life or death, yes. Most of the spell incantations are either in latin or enochian, and since you have no basis of comparison for enochian, it’s easier to have you try to memorize the spells. That being said you don’t really need to know  – how – to speak it fluently. You just need to know the incantation by heart and know how to pronounce the words properly. »

Il élève le livre pour le montrer à la jeune femme puis continue.

« Most of the spells you’ll need at the moment are in there, along with information about various monsters. Where they come from, how they manifest and, more importantly, how to kill them. I’ve taken the liberty to correct a few mistakes. But even if a spell is written down somewhere, it’s easy for a demon to sling the book right out of your hands in the middle of an exorcism. And you’ll have to keep going to get the job done. I'd recommend memorizing most of the content of this book in case it gets lost or destroyed. And if you have a question that's not mentioned in the book, I'll do my best to answer it for you when the time comes.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Felicity Jones
Messages : 43
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Age : 28
Localisation : Probably crying somewhere far far away
Voir le profil de l'utilisateur




Abigail Stainfield
Poor Little Hunter
Jeu 11 Juin - 0:20
Avec une pointe de déception, Abigail termina son burger et son café - nettement plus déçu d'avoir terminé ce dernier qui distrayait ses mains depuis la dernière heure.  Elle chiffonna le papier d'emballage avant de le lancer vers la poubelle.  Évidemment, si espoir elle avait eu de réussir son lancé, tel ne fut pas le cas, et pendant que Castiel lui mentionnait que visiblement toutes les personnes qu'il connaissait parlait latin, l'anglaise se leva pour allez chercher ce qu'elle avait jeter par terre, laissant tomber dans la poubelle son gobelet et la petite boule de papier froisser qu'avait jadis été son burger.  Son cerveau travaillait particulièrement fort pour suivre le fil des événements de la soirée et elle avala de travers lorsque l'ange confirma qu'il s'agissait en effet d'une situation de vie ou de mort... visiblement elle allait devoir allez fouiller la première bibliothèque qu'elle allait croiser pour se rafraîchir la mémoire.

Elle laissa donc Castiel expliquer toutes ces choses dont elle ne comprenait encore que la moitié.  Évidemment, chaque mot que l'ange prononçait avait du sens pour Abigail, mais le tout ensemble semblait toujours si irréel que parfois, elle avait encore l'impression d'être dans un rêve particulièrement tordu - voir même dans un élan hallucinatoire causé par une drogue quelconque.

Abi alla chercher lentement l'épais livre que Castiel venait de lever dans sa direction, les yeux ronds, allant vers le lit, elle s'installa sur le coin de celui-ci, une fesse de travers contre la dague qu'elle repoussa avec nonchalance, se coupant par la même occasion sans trop y porter attention d'abord, comprenant à peine sur quoi elle venait de s'installer alors qu'elle tournait les pages de ce qui allait maintenant être son manuel de survit.

"So... I guess I have a lot of studies to do before I hit the road again... but this thing looks like a encyclopedia of monsters and awful story" répondit-elle tout bas, les yeux toujours fixés sur les pages du carnet, regardant avec stupéfaction les croquis de monstres tous plus horribles les un que les autres.  Elle pointa la formule d'exorcisme avec un sourire triste "Ah, I already know some part of this one though... we used to learn this at school, Madeline and I, for fun..." se raclant la gorge, elle referma le livre, le déposant à côté d'elle doucement pensant ironiquement que maintenant tout ceci n'était plus une question de faire changement de leur études de latin ennuyantes, mais bien de vie ou de mort.

"Anyway, will you teach me how to say bad jokes in enochian?" demanda-t'elle avait une pointe de rire dans la voix, alors qu'au même moment ou son regard se posait sur la dague à quelques millimètre de son fessier, puis sur son doigt maintenant ensanglanté. - maudit doigts, saignant toujours plus qu'il ne le fallait alors qu'elle s'était à peine éraflé.  Pourtant, à la vu de son sang, elle pâli soudainement, détournant le regard, fixant intensément Castiel tout en espérant qu'elle oublie ce qu'elle venait de voir.  

Ne pas tourner de l’œil... ne pas tourner de l’œil ou Castiel allait définitivement perde foi en elle et croire qu'elle n'était qu'une bonne à rien si elle se mettait à vomir... voir même à perdre conscience à la vue de son propre sang.

Prise d'une soudaine bouffé de chaleur; certainement causé par le stress, par la vue du dit sang et par toute la pression qu'elle avait soudainement sur les épaules - Abigail se leva d'un coup, bien trop vite, alors qu'elle se rendait d'un pas titubant vers la fenêtre.  Ouvrant celle-ci bien plus brusquement qu'elle ne l'aurait voulu...  la teinte de son visage passant du blanc au rouge, pour retourner au gris maladif tandis qu'elle fermait les yeux quelques secondes pour reprendre contenance. "Oh... is it just me or it's pretty hot in here?"

Elle allait définitivement être la pire hunter que l'humanité ait connu, pathétique - James allait certainement se retourner dans sa tombe en apprenant qu'elle essayait de le venger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Localisation : Somewhere between two flutters of wings
Voir le profil de l'utilisateur




Castiel
Lost Fallen Angel
Jeu 11 Juin - 17:39
L’Ange ne retient pas un sourire – légèrement crispé mais sincèrement amusé – d’ourler ses lèvres à la mention des blagues dans sa langue natale. Il ne fait pas de cas du détail qu’elle semble être au courant de la langue obscure. Après tout, qu’elle mentionne avoir une base de latin pourrait l’expliquer. Bien que l’Enochian ne soit pas répandu, Castiel ne serait pas surpris d’apprendre qu’un spécialiste en langues anciennes et religieuses l’aille étudié. De toute façon, la prononciation adéquate de ce langage angélique est un secret bien gardé et l’intérêt que pourraient avoir certains linguistes ou théologues en est un purement théorique. Toujours est-il qu’il est immanquablement légèrement flatté de l’attention que l’on porte à une langue qu’il semble ne plus avoir l’opportunité de parler. Il s’apprête d’ailleurs à réagir à l’invitation d’Abigail, l’idée de lui en apprendre quelques phrases plus que tentante lorsqu’elle aura mémorisé les formules latines, mais lorsque son attention se concentre sur la jeune femme, il remarque que quelque chose cloche.
 
Elle est pâle, traits las et tirés, yeux vitreux, comme si elle venait de voir quelque chose de terrifiant ou de dégoûtant. Ou peut-être même un peu des deux. Sourcils froncés, il la suit du regard, se tournant pour suivre ses mouvements alors qu’elle va ouvrir la fenêtre, en commentant qu’elle a soudainement chaud. C’est lorsqu’il constate qu’elle semble sur le point de perdre conscience qu’il s’approche d’elle en un élan, l’une de ses mains se posant dans son dos, tout juste en dessous de ses omoplates, paume appuyée sur sa colonne. Il ne va certainement pas la laisser tomber si ses genoux lâchent.
 
« Abigail, what’s wr- »
 
Il ne termine pas sa question lorsqu’il voit quelques gouttes d’hémoglobine couler le long du doigt de la jeune femme. Doucement, il agrippe le poignet de l’Anglaise et, son regard bleuté trouvant le sien, il demande, le ton étrangement sérieux,
 
« Is this why you’re so bothered? Are frightened by the sight of blood? »
 
L’absence de réponse de la part de son interlocutrice parle d’elle-même et, légèrement, Castiel soupire. C’est une réaction qu’il peine sérieusement à comprendre, tant qu’il en oublie même sa compassion habituelle. Une main toujours posée dans le dos de la jeune femme, cette fois chutée au creux de ses reins pour la supporter davantage, il élève la main blessée au niveau des yeux d’Abigail comme pour la forcer à la regarder. Son propre pouce se voit taché de sang alors qu’une puis deux perles rouges grimpent sur sa peau.
 
« This can’t happen, Abigail. Blood is everywhere in this line of work. It’s on your hands, on your clothes, in your dreams and under your nails. It’ll drown your nose and your mouth. And hopefully, it won’t be yours too often. But I promise you that this nick on your finger is probably the least amount of it you’ll see from now on. Monsters bleed just as much as humans do and you’re expected to kill them. Will you faint if you see me come to you bloodied up and injured after a fight? Will you lose your composure if you have to stitch your own cuts? »
 
Son doigt se presse plus fermement contre la main d’Abigail, quelques coulisses vermeilles additionnelles venant rejoindre les autres. Il n’est pas suffisamment ferme pour lui faire mal, cela n’est pas l’intention. Sa peau se frotte à la sienne, étendant le sang entre eux deux. Il a l’intention de la guérir, mais pas avant qu’elle tire leçon de ce discours assuré mais loin d’être apathique. Sa voix coule toujours, chaude.
 
« I need you to look at it and understand that now, this is the least of your worries. You will see things far worse than red ribbons on your skin. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Felicity Jones
Messages : 43
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Age : 28
Localisation : Probably crying somewhere far far away
Voir le profil de l'utilisateur




Abigail Stainfield
Poor Little Hunter
Jeu 11 Juin - 18:25
Appuyé mollement contre la fenêtre, Abigail tentait de respirer lentement alors qu'au fils des secondes, sa situation ne semblait guère s'améliorer.  Ses jambes étaient plus molles que jamais, prêtes à céder sous son poids d'une minute à l'autre.  Castiel, vraisemblablement bien plus alerte qu'elle, vint alors à sa rescousse, l'inquiétude raisonnant dans sa voix aurait toucher l'anglaise dans d'autre circonstance, mais en se moment, elle devait l'avouer, elle n'était pas réellement présente.

Étrangement, elle avait l'impression d'être spectatrice des dernières minutes, comme si on corps astral flottait au dessus d'elle, riant et la narguant sur la situation complètement grotesque.  Elle, Abigain Stainfield, ex-étudiante modèle, plus souvent gauche qu'autre chose, n'ayant aucune coordination et ayant le tournis à la vue de son propre sang allait devenir une chasseuse...  Vraiment, quelle drogue avait-elle pris pour en arriver à une telle conclusion - il faudrait qu'elle se le redemande une nouvelle fois... lorsque l'envie inlassable de vomir, puis de tourner de l’œil allait lui passer.

Si, durant les premières secondes de son héroïque rescousse Castiel avait eu l'air inquiet, vu le son de sa voix - maintenant qu'il comprenait un peu mieux la situation - il ne semblait guère impressionné des aptitudes de la jeune femme... ni même compatissant.  Non, tout ceci était maintenant bien loin, malgré sa solide présence à ses côtés, l'empêchant de s’effondrer par terre, l'ange ne semblait plus vouloir couver Abigail... mais bien, plutôt, vouloir la faire vomir... voir mourir alors qu'il prenait sa main maintenant ensanglanté pour le lever devant les yeux émeraudes de la jeune femme.

Sa fine main coincé entre les grandes mains de l'ange, l'anglaise ne faisait qu'hocher docilement la tête alors qu'un flots continue de parole jaillissait de la bouche du brun, celui-ci semblant définitivement décidé à lui faire comprendre qu'elle ne devait en aucun cas réagir de la sorte à l'avenir, alors qu'il serrait sa main, laissant couleur un peu plus de son sang contre leur main - au plus grand malheur d'Abi qui tentait désespérément de regarder ailleurs que sur leur doigts.  Légèrement irrité d'être confronté ainsi à la situation - comme si elle était la personne la plus absurde de l'univers, la jeune femme serrait la mâchoire... tssk, comme si elle ne savait pas que toute cette situation était stupide, comme si elle ne savait pas qu'elle ne serait d'aucune aide en perdant conscience à la vue de quelques goûtes de sang... comme si elle ne savait pas qu'avant même d'être une hunter, elle était déjà la risé de la profession... mais elle devait l'avouer, il avait raison. 

Acceptant finalement de faire ce que Castiel lui disait, Abigail fixa son regard contre leur doigts, la gorge serrer et sec.  Sa tête tournant plus que jamais tandis que son regard s'ancrait sur leur mains, l'anglaise ne semblait voir que l’hémoglobine, plus rouge que jamais, couler à flot tel les chutes du Niagara... Elle devait être forte, elle devait se foutre de ce sang... elle devait être forte, elle devait être quelqu'un sur qui on pouvait compter, elle devait protéger les faibles, donner un sens à sa vie, elle devait -

"I think I'm gonna throw up" souffla-t'elle de justesse alors qu'elle perdait conscience, ses jambes cédant finalement sous le poids de son corps, s'écrasant contre Castiel.

:::

Quelques secondes plus tard, tandis qu'elle reprenait lentement conscience, sa première pensé fut concentrer sur la satisfaction de n'avoir pas vomis... aucun goût amer en bouche, ses vêtements toujours secs contre sa peau maintenant humide...  Soupirant, elle se redressa lentement, évitant de regarder Castiel, honteuse, elle soupira avant de souffler:

"I am pathethic... I'm sorry... it... it won't happen again."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Localisation : Somewhere between two flutters of wings
Voir le profil de l'utilisateur




Castiel
Lost Fallen Angel
Jeu 11 Juin - 23:47
Il ne songe pas deux fois à ses mots, ne les regrette pas alors qu’il les entend légèrement résonner dans l’air en mouvement de la chambre de motel, le bruit du vent entrant par la fenêtre ouverte et le mouvement subtil des rideaux tirés ponctuant la fin de son discours. On pourrait l’accuser de manquer de tact, de douceur et d’empathie, mais il ne faut pas oublier que, après tout, il est un ange. Sa définition des règles sociales et son habileté à les mettre en effet est encore au niveau embryonnaire, même si cela fait déjà deux ans, environ, qu’il a mis les pieds sur terre et qu’il veille à l’harmonie des choses tant sur terre qu’au paradis – même si cela s’annonce être malheureusement en vain. Il faisait des efforts mais ça n’était pas toujours suffisant, comme c’est le cas présentement alors que, malgré lui, il sent les jambes de l’Anglaise lâcher suite à quelques mots faibles. Et autant un pincement de remords maladroit s’impose à son torse, il ne peut pas s’empêcher d’être légèrement exaspéré. Quoique, au moins, elle n’est pas restée consciente assez longtemps pour mettre son avertissement à exécution.
 
Castiel recueille la jeune femme dans ses bras lorsqu’il la sent sombrer dans l’inconscience. Ses muscles sont entièrement relaxés, la bouche entrouverte, la respiration à peine inaudible. Il reste dans cette position quelques secondes, songeant à tout ce qui venait de se passer, le corps de l’Anglais maladroitement pressé contre son torse. Dans un léger soupire, il raffermit son étreinte et, alors qu’il vient la prendre dans ses bras – un bras toujours dans son dos, main supportant sa tête, et l’autre bras venant rassembler ses jambes par le creux du genou – il dit tout haut pour lui-même :

 
« Well that didn’t go as expected. »
 
Un regard gorgé de grace suffit à ce que les choses qui étaient étendues sur le lit se déplacent d’un seul côté du matelas queen, laissant amplement de place pour le corps toujours pratiquement inanimé de la jeune femme. Près d’une minute passe avant qu’elle n’ouvre les yeux et, lorsqu’il voit le regard d’Abigail l’éviter, il s’approche et vient s’asseoir à ses côtés, le visage tourné vers elle. Un mince sourire s’esquisse sur ses lèvres à ses paroles et, légèrement, il secoue la tête lors que sa main vient reprendre la sienne.
 
« Don’t apologize, you had an uncontrollable reaction to fear, I pushed you a little too far. I’m sorry. »
 
Un souffle à peine plus fort que les autres soigne la petite coupure qu’elle avait au doigt et fait disparaître toute trace de sang de leurs peaux.  Pas tout à fait certain de ce qu’il devrait dire ou faire, Castiel se racle doucement la gorge avant de reprendre.
 

« Just keep in mind that I won’t always be there to heal you or pick you up if you faint. Besides, I think you might have to learn the hard way – I doubt the adrenaline of your first kill will allow you to lose consciousness, no matter how bloody it may turn out to be. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Felicity Jones
Messages : 43
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Age : 28
Localisation : Probably crying somewhere far far away
Voir le profil de l'utilisateur




Abigail Stainfield
Poor Little Hunter
Sam 13 Juin - 3:11
Sa main était enfoncée dans le mince duvet du lit, alors qu'elle notait qu'elle n'était pas étendue contre le sol sale de la chambre, comme elle s'y attendait, mais bien dans le lit. Bien qu'à y penser deux fois, il y avait bien peu de différence entre le lit et le sol de ce motel, mais ça, c'était une toute autre histoire.

Respirant un grand coup, Abigail ferma les yeux, se passant lentement une main dans les cheveux - celle intacte il va s'en dire - alors qu'avec une certaine surprise elle sentit Castiel s’asseoir doucement à côté d'elle, lui prenant l'autre main.

D'abord vidé, l'anglaise ne réagit pas de suite, continuant d'éviter le regard perçant de l'ange. Le poids sur les épaules plus présent que jamais, les paroles de l'ange ne la consolèrent guère, elle sentait bien qu'au fond de lui il s'attendait à bien plus de sa part. Elle-même avait eu le culot de croire qu'elle pourrait s'en sortir, qu'elle pourrait venger James et continuer sa petite vie en répandant le bien autours d'elle d'une façon que bien peu avait la chance – ou le malheur tout dépendant du point de vue – de faire.

Les excuses de Castiel virent chatouillé les tympans de l'anglaise qui ne pu s'empêcher de sourire doucement.  Ce qui, par contre, la sortie une fois pour toute de sa transe fut cet étrange sensation au bout de sa main, celle que Castiel tenait toujours légèrement entre les siennes, tel une brise fraîche les doigts ensanglanté et bouillant qu'elle évitait volontairement de regard redevinrent étrangement confortable à vivre. La sensation de nausée au fond de son estomac semblant lentement s’apaiser alors que du regard elle cherchait ses doigts, la curiosité bien plus forte que le dégoût.

C'est bouche-bée qu'elle fixait maintenant sa main, propre, sans une égratignure, alors que son cerveau tentait de mettre toute les pièces du puzzle en place. La honte, le dégoût, tout laisser soudainement derrière elle alors qu'une idée, plus idiote que jamais germait au fond de son cerveau, une idée qui à la vue des miracles que Castiel était capable de faire pouvait certainement ce faire. Abigail aurait alors la chance de se rattraper, de montrer qu'elle n'était pas qu'une petite anglaise un brin snob se lançant dans une aventure impossible pour ses connaissances.

Se levant d'un coup, bien plus vite qu'elle n'aurait dû, Abigail se planta devant l'ange, plantant son regard – plus déterminé que jamais – dans celui du brun. Levant les mains, elle ouvrit la bouche, la referma, puis se lança finalement :

«Okay, I'll prove you that I can do this Castiel.»

Elle pointa la dague juste à côté de lui – son cœur battant à une vitesse effroyable dans son petit corps, la voix tremblant d’appréhension et de détermination, alors que ses yeux s'emplissaient une fois de plus de larmes, elle continua :

«Stab me.» Les joues rouges, elle marqua une pause stratégique, une larme glissant contre sa joue, puis avant que Castiel n'ait le temps de réagir continua «Listen, I know… it sounds crazy, I am probably crazy right now, but I think that's what you should do… it's-… how can I explain this…» Elle se passa une main sur le visage, décollant sa frange de ses tempes toujours un peu humide, elle le faisait pour elle, elle le faisait pour James… elle le faisait pour toutes ces personnes qui allaient un jour compter sur elle, sur sa présence et qui aurait confiance en ses capacités :«I need to know. I need to know how bad it feels to be stabbed. To be hurt so bad that you think you'll die, it's the only way I'll get over this, you'll have to stab me. I'll be in pain for a couples of minutes… I'll probably bleed out everywhere and then, then I will understand how important it is to not loose my head ever again...» Elle fit un mince sourire, vraiment… elle avait perdu la tête, essuyant du revers de la mains des nouvelles larmes brouillant sa vue «And… and after you can just heal me and… and yeah. That's my plan. After that, I swear, Castiel, I'll never be as weird as that, ever again. Scout Promise!»

Elle laissa doucement tomber ses bras sur chaque côté de son corps, faisant un bien étrange spectacle à regarder pour l'ange. Ses cheveux maintenant dans tous les sens.

Bien que maintenant qu'elle y pensait, plus la soirée avançait, plus l'anglaise se disait que sa personnalité n'avait plus aucune sens… Mais il fallait ce qu'il fallait. Se redressant droite, levant le menton d'un air décidé – malgré évidement le flot continue de larmes coulant sur ses joues inlassablement pour venir l'embêter.
Demain elle serait une Abigail amélioré… ce soir, elle devait faire face au pire pour mieux avancer…

Enfin… encore fallait-il que Castiel accepte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Localisation : Somewhere between two flutters of wings
Voir le profil de l'utilisateur




Castiel
Lost Fallen Angel
Sam 13 Juin - 16:06
L’enthousiasme initial de la jeune femme avait quelque chose s’attendrissant, qui l’emmena même à être fier d’elle. Il avait certes été un peu déçu qu’elle réagisse de façon aussi intense à la vue de quelques gouttes de sang mais il n’y avait pas de doute dans l’esprit de l’Ange qu’elle s’y ferait et qu’elle allait un jour devenir une hunter douée et redoutée de ses ennemis. Alors que ces idées lui traversaient, une autre fit surface, enlacée d’un voile de remords. Peut-être qu’il y avait été un peu trop fort. Après tout, il venait tout juste de faire basculer le monde de la jeune femme. À peine une heure plus tôt, c’est dire. Il lui avait mis une responsabilité importante et lourde sur les épaules, de lui demander de réagir à quelque chose dont elle avait peur avec tant de froideur d’esprit était peut-être de trop.
 
Il n’eut pas le temps de se plonger dans ses pensées trop longtemps qu’il sentait le lit se redresser à ses côtés lorsqu’Abigail se leva pour venir se placer droit devant lui. Perplexe, le noiraud  fronça les sourcils, ses yeux bleus cherchant des réponses à son changement d’humeur si radical avant même qu’elle ne se mette à parler. Le visage de l’Anglaise était pris de frénésie, tout comme sa respiration, et il remarqua rapidement les quelques autres larmes qui se mirent à couler le long de ses joues. Castiel s’apprêta à intervenir mais Abigail l’interrompit avec un discours qui, franchement, ne lui laissa qu’à peine le temps de respirer.
 
Il ne se laissa pas le temps d’analyser tout ce qui sortait d’entre les lèvres de son interlocutrice, attendant qu’elle finisse – ou du moins qu’elle ralentisse pour prendre compte de toute son idée plutôt que s’attarder sur un détail à la fois. Et n’importe quel être humain sain d’esprit aurait refusé en un rire, convaincu qu’il s’agissait d’une blague et qu’elle allait se mettre à rire aussi devant l’absurdité de ses propres mots. Mais il n’en était rien. Il pouvait voir dans ses yeux, dans ses manières qu’elle était entièrement sérieuse. Et bien que son premier instinct fût de s’en faire, il comprenait d’où cela venait. Il comprenait sa logique et s’en vit même convaincu. De toute façon, il n’y avait aucun réel danger. Il était là, son énergie céleste était encore bien élevée malgré le petit voyage qu’il avait fait un peu plus tôt et il savait intervenir au bon moment.
 
Il ne prit pas le temps de lui répondre. L’anticipation aurait enlevé à ce qu’elle tentait accomplir et il doutait fort qu’elle aurait envie de retenter l’expérience. Il ne lui jeta pas un regard de plus, sa main s’étirant vers l’arrière pour agripper le manche de la dague en question. Le mouvement était fluide et expert, sans un tremblement d’hésitation. Il s’agissait là d’un geste de quelqu’un qui l’a accompli des milliers de fois. L’Ange sentit la chair de la jeune femme fendre sous l’impact et la force de la lame tranchante.  Il la poussa jusqu’au manche et, songeant qu’elle voulait – vraiment – ressentir la douleur de quelqu’un qui est sur le point de mourir, il tordit la lame brusquement vers la droite, produisant un bruit de clapotement épais, visqueux avant de retirer l’arme couverte de sang. Il l’avait poignardée juste sous la cage thoracique, sur son côté droit, pour emmener la force de l’impact sur son foie.
 
Ce n’est que lorsque la jeune femme chuta ses genoux qu’il se leva du matelas à son tour pour s’accroupir devant elle. L’air sérieux voire impassible, quoique ses yeux brillaient d’une lueur attentive et sensible – il n’allait certainement pas la laisser se vider de tout son sang – il se mit à parler.

 
« I just stabbed you in the liver. And although it’s not exactly lethal on the spot, it will cause internal bleeding. Right as we speak, the cavities between your organs are filling up with your blood. In about two minutes, you’ll start feeling weak, your sight will be fuzzy and unfocused, your speech will be slurred.. I’m fairly sure I hit one of your major arteries so, within, I’d say… ten, fifteen minutes, you’ll have bled out. You’re dying, Abigail. »
 
Et il la laissa mourir. Yeux fixés sur elle, silencieux, attentif, estimant le temps qui passait et les signaux que lui envoyait son corps. Il regarda sa peau devenir grise et plate, entendait les souffles saccadés et gorgés de douleur s’échapper d’entre ses lèvres tremblantes. Ce n’est qu’une dizaine de minutes plus tard, lorsque la brunette devait sentir ses derniers souffles lui brûler la gorge, qu’il éleva la main vers elle. Une lueur blanche et brillante naquit de sa paume pour venir enlacer l’abdomen d’Abigail. La guérison fut instantanée. L’Ange se redressa lentement, essuyant la lame de la dague contre son trench coat puis demanda, un fin sourire bienveillant ourlant ses lèvres.
 

« How was it? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Felicity Jones
Messages : 43
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Age : 28
Localisation : Probably crying somewhere far far away
Voir le profil de l'utilisateur




Abigail Stainfield
Poor Little Hunter
Lun 15 Juin - 2:01
Elle ne vit rien venir.

En fait, Abigail avait naïvement cru qu'elle allait devoir argumenter bien plus qu'elle ne l'avait fait pour que Castiel accepte de la poignarder... en fait, tout être humain doté d'une conscience aurait argumenté LONGTEMPS avant de refuser catégoriquement... - parce qu'accepter n'aurait jamais été concevable pour quiconque. Mais évidemment, l'anglaise avait une fois de plus omis dans son esprit que devant elle, il ne s'agissait pas de Monsieur-tout-le-monde, qu'il soit en trench-coat et, habillé platement en homme d'affaire, ou pas...

Ainsi, lorsqu'elle le vit détourner la tête - ne serait-ce que pour les quelques millièmes de seconde - elle ouvrit la bouche, prête à continuer son argumentation avec vigueur et détermination, mais seul un étrange gargouillis de surprise et de douleur franchis ses lèvres, coupant court sa respiration, ses yeux s'exorbitant pratiquement de son crâne alors qu'elle regardait sans comprendre l'ange, maintenant à quelques centimètre d'elle, la tenant fermement contre la dague qu'il venait majestueusement de lui enfoncer dans le corps avant de la tordre douloureusement.

C'est étrange comment les choses se mette en place lorsqu'on se fait poignarder. Cette scène, elle la verrait probablement au ralentis pour le reste de son existence... - si reste d'existence elle avait à vivre.  Voir cet homme, de marbre, prendre fluidement la dague, se lever - tout aussi merveilleusement pour venir la lui enfoncé sous la cage thoracique... en d'autre circonstance, elle aurait certainement trouvé cette scène d'une beauté troublante - et peut-être que plus tard, lorsqu'elle allait y repenser, elle allait la trouver particulièrement puissante, digne d'un oeuvre d'art contemporain.  Mais elle devait l'avouer, pour l'instant la surprise l'emportait sur tout le reste et... la première chose lui traversant l'esprit fut qu'il venait de trouer l'un de ses chandails favoris.

Ses genoux flanchèrent sous son poids, la laissant tomber au sol, sa tête rebondissant mollement sur le tapis, alors que l'ange venait la rejoindre calmement, troublant d'autant plus Abigail.  La voix de Castiel était calme, et étrangement réconfortante dans ce genre de situation - mais ce qu'il dit, elle n'en entendit pas un mot.  Seul le rythme de ses mots venait la bercé alors qu'elle tombait sous un voile gris.

Sa vie, elle ne l'a vit pas passer sous ses yeux.  Non, seule la douleur, d'abord vive puis finalement diffuse, accapara son attention.  Bouillante tel un volcan, l'anglaise semblait maintenant sombrer tel le Titanic dans le fond de l'océan Atlantique.  Son corps tremblant comme une feuille alors que sa main serrait convulsivement un bout du trench-coat de Castiel - seul chose à porter de main.  Garder les yeux ouverts?  Les fermer?  Elle n'en savait rien, l'anglaise avait l'impression de regarder partout mais de ne rien voir, alors que son regard était en fait fixé depuis le début sur l'épaule du brun.  

Elle allait mourir.  Elle pouvait sentir son cœur faiblir plus que jamais, ses poumons ne laissant plus entrer d'air.  Sa bouche était pâteuse et sec, sa gorge lui brûlait alors qu'elle ne sentait déjà plus rien du reste de son corps.  Des larmes coulaient abondamment sur ses joues et cette fois, elle pouvait dire qu'elles étaient justifiées.  Elle allait rejoindre James... en fait, durant tout ce temps, l'ange n'avait pas été un ange non, mais réellement un psychopathe qui l'avait manipuler et attendu patiemment qu'elle lui demande te la poignarder.  Il était doué.  Elle mourrait, sur le tapis le plus puant de l'histoire des motels américain, au pied d'un ange psychopathe à l'odeur étrangement enivrante qui-...

Une bouffé d'air entra soudainement dans ses poumons et le voile qui avait semblé l'enrober lentement se dissipa d'un seul coup.  Comme sortie d'une transe, Abigail recommença à respirer normalement, la douleur qui l'avait enveloppée à peine quelques secondes plus tôt, disparue.  

La voix de Castiel la ramena à la réalité. Lorsqu'elle croisa son sourire bienveillant, elle se mis en sangloter malgré elle.  Sur le tapis, poisseux de son sang, elle pleura; sa vie, sa mort, sa résurrection, son esprit tordu d'avoir cru que tout ceci avait été une bonne idée, elle pleura à chaude larme avant de se mettre à rire - entre deux sanglots.

"C-...Castiel... this... this was the worst idea I've e-...ever had!"

Elle se redressa lentement - franchement surprise de voir à quel point son corps ne semblait avoir - effectivement - aucune lésion, ni cicatrice, voir même souvenir des dernières minutes ayant marqué sa mort...

Se passant une main sur le visage pour essuyer ses larmes - elle avait après tout promis de ne plus être hystérique... - elle fit un large sourire à l'ange, soulager de voir qu'il n'était PAS un psychopathe attendant sa permission pour la tuer:

"And this is... by far... the wierdest day of my life..."  Elle marqua une pause, soupirant alors qu'elle remarquait le seul souvenir de cette expérience - le trou maintenant bien présent dans on t-shirt, puis ajouta "however... thanks." Elle se leva, regardant maintenant le brun dans les yeux, et spontanément - comme lorsque vos parents vous élève à remercier les gens de votre famille pour leur présence - alla brièvement serrer l'ange dans ses bras avant de se reculer à une distance raisonnable. "I guess... it confirmed that I really don't want to die... especially if death feels like being Jack, freezing to death in the ocean Atlantic before drowning..."

Après tout, elle ne pouvait pas lui en vouloir, il l'avait écouté, il l'avait poignardé, puis ramené à la vie et elle avait miraculeusement tiré une leçon - voir deux - de cette histoire.  Premièrement, elle ne voulait pas mourir sur un tapis miteux de motel, seule et pathétique.  Deuxièmement, elle devait définitivement faire attention à ses demandes à l'ange, parce que visiblement, il n'était pas le genre de... personne à sur-analyser les pour ou contre d'une demande, banale ou pas!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Localisation : Somewhere between two flutters of wings
Voir le profil de l'utilisateur




Castiel
Lost Fallen Angel
Lun 15 Juin - 9:50
L’ange ne sut initialement pas comment répondre à la réaction de la jeune femme qui, une fois qu’il l’eut guérie, se laissa prendre de sanglots. Et même s’il l’avait vu pleurer déjà… deux, trois fois avant à l’intérieur des quatre-vingt-dix minutes depuis qu’il était initialement apparu à ses côtés, il sentait que ces larmes étaient différentes. Elles étaient lourdes, éclatant depuis sa poitrine, les sanglots résonnant dans sa gorge alors que les perles claires et scintillantes coulaient abondamment le long de ses joues qui reprenaient des couleurs à vue d’œil. Il n’avait pas pitié d’elle. Après tout, c’est bien elle qui lui avait demandé une telle chose et bien qu’il s’agissait là d’une requête fort inhabituelle, elle était raisonnable dans l’esprit de l’être céleste. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de ressentir un grand élan de compassion. Il savait à quel point la vie était quelque chose de précieux aux yeux de la plupart des humains et même si sa propre existence n’était que rarement compromise, il admirait la fragilité et la pureté de cette chose éphémère mais inestimable.
 
Il la laissa reprendre sur elle à son rythme alors qu’il passait une main au-dessus de la tache rougeâtre que la dague avait laissée sur son trench, puis dirigea son énergie sur le tapis qui, tout aussi rapidement, retrouva son état original. Toujours poisseux et brisé, mais pas taché de sang. Il avait appris au fil des deux-trois années qu’il avait passées sur terre que les humains préféraient rester tapis dans l’ignorance lorsque les choses en venaient au surnaturel ou aux preuves d’une noirceur qu’ils n’étaient pas prêts à assumer. Il lui avait fallu quelques mois d’adaptation mais l’ange était maintenant passé expert dans l’art d’effacer les traces de son passage.
 
On ne lui donna pas le temps de réagir à l’accolade qu’Abigail lui fit. Pas qu’il aurait spécialement réagi, les quelques fois où on lui avait offert un câlin, il était resté de marbre, mais tout c’était produit si rapidement qu’il se demanda un instant s’il n’avait pas rêvé. Ses mains n’étaient qu’à demi levées. Il la regarda dans les yeux, l’air perplexe et incertain à la mention d’un homme nommé Jack qui supposément serait  mort noyé dans l’océan Atlantique, mais n’en fit pas de cas, se contentant simplement de dire alors qu’il désignait à Abi une place sur le lit.
 
« I don’t know who this Jack man is but I’m sorry his death had to be so painful. »
 
Il tendit à la jeune femme le cahier de notes vide ainsi qu’un stylo et un crayon plomb et, son regard se promenant rapidement sur les différentes choses qu’il voulait lui montrer il lui demanda, agrippant l’une de ses grosses craies blanches entre ses doigts,
 

« Are you ready for your training? If you need me to stop at any moment, please say so. Also, there is much to learn in the hunting business but since your goal seems to be hunting down a demon, I’ll concentrate on that. Let’s start with something very simple – turn to the last page of the notebook you’re holding, press your finger  to the page and say ’revelare'.  You should see five phone numbers appear – they’re visible only to you or me and will be until you turn the page back. Whenever Sam or Dean change their numbers, I’ll update the list. They are my good friends, and Bobby is their mentor. They are the most trustworthy people I know. If you have questions about them, go right ahead. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Felicity Jones
Messages : 43
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Age : 28
Localisation : Probably crying somewhere far far away
Voir le profil de l'utilisateur




Abigail Stainfield
Poor Little Hunter
Ven 19 Juin - 1:56
Depuis qu'elle avait rencontrer d'ange, Abigail avait l'impression de vivre sa vie à vitesse grand V.  Elle aurait en tant normal passer par toute cette gamme d'émotion en plusieurs jours, voir même semaines, et certainement pas en à peine deux heures aux côtés d'un grand brun stoïque ne comprenant qu'à moitié ce qui se passait dans la tête de l'anglaise.

Pourtant, elle avait ce sentiment au fond d'elle qu'elle devait être forte, qu'elle devait laisser de côté ce qu'elle ressentait : chagrin, deuil, peur, pour se concentrer sur quelques chose de bien plus grand, bien plus important qu'elle.  Ce sentiment d'avoir maintenant un but précis – bien qu'effrayant – avait quelques choses de réconfortant. Elle ne faisait plus partie de ces gens qui se posent trop de question sur leur présence sur terre, à se demander à quoi servent leur existence.  Maintenant elle le savait, elle allait venger James et sauver à de nombreuse famille ce qu'elle même était en train de vivre, leur épargner la perte d'un être cher – car rien n'ébranlait plus des convictions que la mort…  Elle en était la preuve vivante.

Se levant, Abaigail s'installa à la table, alors qu'elle regardait avec fascination Castiel nettoyer les tâches de sangs du tapis, puis de son trench-coat, un sourire sur ses lèvres lorsque l'ange mentionna qu'il était désolé pour la mort de Jack… Elle nota mentalement qu'elle devrait certainement mettre à jour le savoir de culture général que l'ange avait… bien que le Titanic ne soit pas son films favoris… c'était tout de même un incontournable…

Agrippant docilement le carnet que Castiel lui tendait, la jeune femme resta silencieuse quelques minutes, écoutant avec toute la concentration qu'elle avait de disponible les explications du brun et ayant vaguement l'impression d'être dans un cours de magie… vraiment. Alors qu'elle tournait le carnet à la dernière page pour – comme l'ange le lui avait expliqué – dire ’revelare' alors que sous ses yeux s'affichait courte liste de numéros important qu'elle allait certainement finir par connaître par cœur.  Enfin, encore fallait-il qu'elle ait elle-même un téléphone, mais bon, elle s'occuperait de ce détail plus tard. Pour l'instant, excitée par ce sort, elle ne pu s'empêcher de souffler « well… this is amazing… I'm like… magic now. » Elle marqua une pause, replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille avant de s'accouder sur la table pour regarder Castiel avec un sourire en coin : «Okay… I know my question is not really demon related… - and I know I should ask questions about that right now, but well… I like to know little details about random things so... I wanted to know : How did you meet hmmm» elle baissa les yeux pour lire les noms sur la liste «Dean and… Sam and Bobby ?  Are they hunters awesome badass angel or… human or, well I don't know, magic creatures or something ?  You who just told me to trust no one, how can you trust them that much ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
LOL : 0
Date d'inscription : 04/06/2015
Localisation : Somewhere between two flutters of wings
Voir le profil de l'utilisateur




Castiel
Lost Fallen Angel
Jeu 25 Juin - 22:37
La question que lui pose la jeune femme lui fait plus plaisir qu’il ne serait à l’aise de l’admettre. Il n’avait pas souvent – voire jamais – l’opportunité de parler de ces hommes exemplaires qui étaient devenus tout particulièrement précieux à ses yeux au courant des deux ou trois dernières années. Et franchement, il a bien l’intention de se servir de cette fenêtre pour exprimer à quel point ils comptent à ses yeux. Sourire bien ancré sur les lèvres, l’Ange fait quelques pas en direction du lit et s’y assied dans un court soupir. Il passe sa langue sur ses lèvres, yeux bleus levés au plafond alors qu’il met ses idées en places et structure ses opinions. On lui a dit quelques fois qu’il a la mauvaise habitude de parler sans savoir s’arrêter et ordonner ces idées. Mais ses amis valent bien la peine qu’il s’arrête un instant, qu’il songe à ses mots avant de déblatérer sans souci et attention. Éventuellement, le noiraud abaisse le regard pour l’ancrer solidement dans celui d’émeraude d’Abigail.
 
« I rescued Dean from Hell a few years ago. My mission was to retrieve him and make him ready for the accomplishment of his purpose as the Archangel Michael’s vessel to fight Lucifer in the Apocalypse. Which never came to happen because, well, Dean didn’t agree to be Michael’s vessel, and Sam – his brother – didn’t agree to be Lucifer’s vessel until the very end, as a ruse.But I’ll try not to get ahead of myself. It didn’t take much time for Dean to become much more than a mission to me. He’s… my best friend, I think. I’d do anything for him and now that I’ve settled here on earth for an unknown amount of time, I feel it’s my duty to watch over him. He’s a hunter, both he and his brother were raised as hunters by their father, who for a long time seeked revenge over the death of his wife, their mother, who was killed by a demon. He’s a righteous man. Self-sacrificing, generous, funny, hard-headed, opinionated. And his eyes are just as green as yours. »
 
Castiel se racle doucement la gorge avant de reprendre presque aussitôt.
 
« Sam is Dean’s younger brother, he wasn’t even a year old when their mother was killed. I suppose, in a way, it explains why he’s generally more thoughtful than Dean, not as brash and direct. He’s a very smart man, wise beyond his few years, but also a very skilled hunter. He’s generally warm and welcoming, calm and open-minded. But, I… »  L’Ange soupire lourdement, des remords traçant leurs lignes épaisses dans les traits de son visage. « When I rescued him from the cage in which he fell, locking up both Lucifer and Michael in Hell and avoiding the apocalypse, his soul slipped away and he… He doesn’t have a soul, at the moment. We are, however, trying to fix this immense problem. In the meantime, I suggest you do most of your business with Dean or Bobby. »
 
Il passe brièvement sa main sur sa nuque, chassant les regrets d’un contact de sa paume puis se force à reprendre sur un ton qui se veut plus léger.
 
« And Bobby is their mentor. He was working with their father when the boys were younger and, from what I’ve seen and understood, he’s just as much a father to them as John was. He’s a gruff man, hard around the edges and doesn’t let people in easily but he’s a precious ally and he’d do anything for the boys and the cause for which they fight. He’s older, in his fifties, but he’s a great hunter and he’s even more knowledgable than Sam about monster lore and things of the sort. He also has a few phone lines set up for when hunters have a cover to investigate.Say you’re pretending to be an FBI agent and the local police asks to speak to your supervisor, the number on the card you’ll hand them will lead them to talk to Bobby. He knows all the aliases, all the hunters in the continental US, he’s traveled and seen everything at least twice. I’m sure he’ll be quite fond of you. Bring him a bottle of whiskey and he’ll be your friend for life. »
 
Il marque une pause alors qu’il se redresse, puis précise, comme embarrassé de ne pas l’avoir  fait plus tôt,
 

« The three of them are human, just like you. And they saved the world a handful of times. » Il sourit puis demande. « Anything else you’d like to know before we start? »
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
That time I was half naked and a psychopath appeared in my room.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Tapis] Tapis Contemporain by PRESENT TIME
» Deutzia compacta 'Lavender Time'
» [Plateau à sushi] SUSPENDED TIME by LN BOUL
» [Lampe/réveil] Watt Time
» [Plateau] Suspended Time by LN BOUL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Abistiel Show :: On the Road :: Last time you zapped me someplace, I didn’t poop for a week.-
Sauter vers: